Carapace :

La carapace est juste la conscience de sa propre vulnérabilité

Nous sommes tous des organes nus, sans protection; des organes en quête de peau, de corne, de carapace. Nous (humanité) ne sommes en fait qu'un seul et unique organe nu. Se voir "cellule indépendante et séparée" n'est que la manifestation morbide de cet état de vulnérabilité.

Lorsque la vulnérabilité atteindra son paroxysme, la conscience d'être UN émergera enfin, et produira la carapace ultime.

Pour l'instant, le problème qui nous occupe est de maintenir un équilibre entre vulnérabilité et carapace pour ne pas que cette dernière étouffe qui nous sommes vraiment.

Cerveau :

Il suffit de bien vouloir utiliser son cerveau pour contribuer (un tant soit peu) à l'évolution de l'humanité.

Chemins :

Chaque pensée est un chemin que l'on emprunte. Le mouvement constant des pensées correspond à un changement constant de direction, d'où la confusion dans laquelle nous sommes plongés.

Chaque forme de divertissement est également un chemin. Ici, toutefois, ce n'est pas un chemin que nous avons créé. On choisit une piste qui a été créée par quelqu'un d'autre et si l'on accepte de la suivre, c'est parce qu'on est las des chemins déjà empruntés.

Les chemins qui se trouvent devant nous sont divers et variés : les habitudes, les drogues, les obsessions, le sexe, la religion, etc... Pourtant, aucun de ces chemins ne nous ramènera chez nous. Nous tournons en rond et nous le savons pertinemment sans toujours vouloir l'admettre.

En fait, chaque vie est un chemin (chaque vie est constituée de tous les chemins que l'on a jamais empruntés).

Ce n'est pas parce qu'on peut choisir des chemins différents que l'on est libre. Il n'y a aucun chemin qui mène à la liberté/vérité. La seule solution est de couper à travers champs ! (v. Krishnamurti : la vérité est un pays sans chemin).

Plus la conscience est claire, plus on se fait léger... aussi léger qu'un oiseau qui vole au-dessus du maillage des chemins.

chemins

 

Confiance : 

Le problème fondamental est la perte de confiance. La perte de confiance en la nature, en soi, en les autres. Pourquoi a-t-on perdu la confiance totale du nouveau-né que nous avons tous été ? Comment la retrouver ? Comment se retrouver face à face et se réconcilier, enfin, avec soi-même ?

 

Conscience :

Est-ce possible de saisir d'un seul coup la trame de sa vie, d'avoir l'image certaine de ce que va représenter le grand puzzle des moments épars et de savoir enfin pourquoi l'on a été bercé dans le sein de sa mère ?

Grain de sable, ne suis-je pas en vie pour me mouvoir sur la pente de la conscience, et ce faisant, pousser le dune à l'effondrement ? Seul m'est refusé de connaître le résultat de mon action. Peu importe; j'ai toujours eu le droit de l'imaginer.

 

Consommation :

La consommation compulsive (forme de maladie mentale) est due à la tendance expansionniste de l’ego. La consommation compulsive peut prendre des formes diverses et variées : acquérir des biens, accumuler des connaissances, se faire des relations, avoir une passion « dévorante » de temps etc ; et bien sûr toutes les addictions* licites et illicites : le travail, le sexe, la drogue, la religion, les jeux sur ordinateurs…

 

 

bonhomme

 

Conte :

Les contes sont souvent le reflet de la réalité. Prenons par exemple "le bonhomme de pain d'épice". Sitôt sorti du four, ce dernier comprend qu'il va se faire manger, aussi prend-il la poudre d'escampette en espérant échapper à ce sort funeste. Il y réussit assez bien jusqu'à ce qu'il rencontre le renard... Le bonhomme de pain d'épice a beau faire le bravache, il n'échappera pourtant pas à la gueule du renard. Et nous alors ? Nous aussi, n'essayons pas nous tous de courir pour échapper à l'inéluctable ?

Croyance :

La "croyance en" sert à se rassurer. C'est un outil de sécurité. La croyance remplace la confiance* disparue. La toute première croyance est la croyance en l'ego* (le soi-disant centre de la pensée). En l'occurrence, cette croyance donne une image d'unité à ce qui est fragmenté.

La croyance est donc un repère (une balise/une image morte/une valeur/une icône) qui sert à dissimuler la fragmentation, la confusion et le sentiment d'insécurité.

Il y a toutes sortes de croyances telles que la croyance en l'argent ou la croyance en l'autorité...