derrière la symétrie indue de mon visage

se joue la comédie au spectateur ultime

symphonie de silence d’un théâtre d’ombresgrimoire

 

sous la façade ouvrée de ma mélancolie

surgit un escadron aux pieds enracinés

bambous désenchantés d’un jardin souterrain

 

au-delà de la porte ouverte à mon mystère

planent des parfums d’encens qui ne s’échappent pas

bâtonnets moribonds des élans refoulés

 

sur l’autel évasif de mon intimité

est posé un grimoire qui dort sans être lu

prières d’avenir aux lecteurs disparus !

 

Commentaire de l'auteur : Ce n'est pas le contenu du grimoire qui a de la valeur en soi, c'est l'organisation des chapitres, les thèmes récurrents ou encore le fil rouge de l'histoire. En un mot, c'est la trame. Voir la trame de sa pensée, c'est comprendre le monde et vivre, enfin, délivré de la peur. L.