20150923_070244

« Dans les yeux vastes des clowns errent des légendes terribles en ce temps de vengeance amères et d’impitoyable vigilance, le faiseur de mondes créa des pitres au coeur brisé ».

Ainsi commence le long poème torturé de Michel Humbert.
Sombre et dérangeant, « Délire de Clown » nous emmène dans une danse macabre à travers un monde peuplé de squelettes et de corps décharnés. Une ambiance de cauchemar règne tout le long du texte. L’ouvrage est un cri du coeur et d’alarme devant les souffrances humaines et animales.

La presse a salué « ce poète qui chante avec le même souci de langage, la complainte d’un bidonville et le murmure d’un rivage ».

Né le 23 février 1935 à Lyon, Michel Humber-Gratry a longtemps travaillé sur le continent asiatique. Auteur de nombreux recueils de poésies, il a fondé le Cercle francophone de Yantai en Chine qui édite une lettre mensuelle suivie par plus de 3000 lecteurs.

Commentaire de Jean Lezurc : Pour ma part, j'y ai vu un récit tragique et terriblement poétique, aux marges de la spiritualité. En le lisant, je n'ai pu m'empêcher d'avoir en tête les images de Koyaanisqatsi  (ou "Le déséquillibre de la vie", un film sorti en 1982 réalisé par Godfrey Reggio avec une musique de Philip Glass).