Je vois entre mes mains nues lame d’acier froide

L’Opinel est ouvert, il faut l’utiliser

Feuille effilée d’argent pour couper mon pain blanc

Pour trancher dans la chair et nourrir mes entrailles

couteau-de-rando-bouleau-orme-2

 

 

Couteau qui me défend, couteau qui nous protège

Dont l’éclat de métal annonce le danger

Outil gratteur de bois qui inscrit dans l’écorce

Le nom qu’on m’a donné, mon cœur à partager

 

Couteau à affûter à la pierre des jours

Qui passent en grinçant et bordés d’étincelles

Ami révélateur aux propos incisifs

Couteau près de mes veines qui palpitent de sang

 

J'ai dit oui à ta lame et pour le temps qui reste

Vivre sous ta caresse en risquant ta morsure...