Jeune, je n’avais qu’une envie :

élargir ma vision sur le monde des Hommes,

comprendre ses rouages, saisir sa mécanique

qui tourne sans arrêt sans arrêt sans arrêt…

à l’essence du mal, au gaz de la bêtise

 

Jeune,

c’était mon ambition de chevaucher la bête,

d’avoir les rennes en main et de lui dire : « Hue ! »

je l’aurais tapoté,

son cou aurait fléchi réfléchi réfléchi…

pour brouter la bonne herbe, sentir la terre humide

 

Vieux, j’ai compris aujourd’hui

que ce rêve est perdu

et que l’homme est un loup qui suit l’odeur du sang

plus je sais plus j’ai mal, alors autant crevé tant crevé tant crevé…

k8703599

en oubliant ma vie qui n’est qu’une survie

 

Vieux, je ne sais plus que faire :

une ombre dans le dos me reluque sans bruit

Ne te retourne pas ! La main sur le guidon !

Fais rouler ton vélo ton vélo ton vélo…

le regard sur les pieds et le nez dans les roues !